mardi 18 novembre 2014

Fiche d'auto-correction des copies



Avant de rendre votre copie, il est nécessaire de vous relire, 
sinon vous perdez des points sans vous en rendre compte.
La difficulté est de vous relire sans réfléchir au sens, dans ce cas, 
mais en portant toute votre attention sur la correction de la langue.

Voici donc quelques conseils à adapter pour vous-mêmes en fonction des devoirs que vous avez déjà rendus et qui ont été corrigés par votre professeur.

   
John Locke, 1632-1704 
  Comme on ne saurait jouir des avantages et des commodités de la société sans une communication de pensées, il était nécessaire que l'homme inventât quelques signes extérieurs et sensibles par lesquels ces idées invisibles, dont ses pensées sont composées, puissent être manifestées aux autres. Rien n'était plus propre pour cet effet, soit à l'égard de la fécondité ou de la promptitude, que ces sons articulés qu'il se trouve capable de former avec tant de facilité et de variété. Nous voyons par là comment les mots, qui étaient si bien adaptés à cette fin par la nature, viennent à être employés par les hommes pour être signes de leurs idées et non par aucune liaison naturelle qu'il y ait entre certains sons articulés et certaines idées (car, en ce cas-là, il n'y aurait qu'une langue parmi les hommes), mais par une institution arbitraire en vertu de laquelle un tel mot a été fait volontairement le signe de telle idée. Ainsi, l'usage des mots consiste à être des marques sensibles des idées et les idées qu'on désigne par les mots sont ce qu'ils signifient proprement et immédiatement.

Le langage et l'expérience humaine, Emile Benvéniste, manuscrit


     Comme les hommes se servent de ces signes, ou pour enregistrer, si j'ose ainsi dire, leurs propres pensées afin de soulager leur mémoire, ou pour produire leurs idées et les exposer aux yeux des autres hommes, les mots ne signifient autre chose dans leur première partie et immédiate signification que les idées qui sont dans l'esprit de celui qui s'en sert, quelque imparfaitement ou négligemment que ces idées soient déduites des choses qu'on suppose qu'elles représentent. Lorsqu'un homme parle à un autre, c'est afin de pouvoir être entendu ; le but du langage est que ces sons ou marques puissent faire connaître les idées de celui qui parle à ceux qui l'écoutent.

Locke, Essai philosophique concernant l'entendement humain, III, 2, § 1, 2, trad. Coste, Vrin, 1972.


 




1/ Relever le nombre de fautes de français que vous avez faites,

 non pour vous rappeler un mauvais souvenir mais pour matérialiser la quantité de "détails" qui vous a échappé :

a/ combien de fautes de grammaire

           *accords des verbes et autres, syntaxe...
  

      et d'orthographe :

           *les mots et les accents, qui font partie des mots!
Utilisez un dictionnaire de français pour vérifier :
le record est de 86 fautes pour 3 pages!
la moyenne est de 40 fautes pour 3 pages!
Rendez-vous compte que cela gêne beaucoup la lecture de votre texte : même si vous avez des qualités philosophiques, elles sont fortement masquées dans ce cas par une très mauvaise maîtrise de votre langue.

b/ combien de fautes d'expression

  (lorsque je vous indique "confus" dans la marge):
Là, le sens même de votre propos est très compromis. Parler la même langue rend possible au moins la communication, si ce n'est une parfaite compréhension. Lisez le texte de Locke mis en exergue si vous n'en êtes pas convaincus!

c/ faites-vous une liste du type de fautes que vous avez commises :

il faudra relire votre prochaine copie en pensant à chacun de ces types, par exemple :
                *une relecture pour vérifier que vous avez bien accordé les verbes avec leur sujet respectif
                 *une autre pour vérifier que le temps et le mode des verbes sont adaptés au sens
                 *une autre pour les accords des adjectifs avec le nom auquel ils se rapportent...
Si vous faites cela méthodiquement, même si c'est fastidieux et pénible au début, c'est très efficace à moyen terme.




Le Chat, Geluck
pour s'entraîner et se rafraîchir la mémoire quelques sites peuvent vous être utiles

pour ceux qui auraient besoin d'une révision plus suivie

pour réviser sa grammaire, en français ou dans une autre langue
(utile pour les textes de philosophes traduits)


http://grammaire.reverso.net




2/ pour les copies dactylographiées

Pensez au lecteur-correcteur, facilitez-lui la lecture il n'en sera que plus indulgent!


Indiquez votre Nom, prénom, classe, le titre du devoir, la date de remise de la copie
Justifiez votre texte 
Utilisez la police "Times New Roman", avec un interligne simple (souvent défini par défaut) et une taille de caractère de 12. 
Mettre en forme votre texte n'est pas accessoire, cela vous aidera à structurer votre propos.

3/ Quelles notions philosophiques n'avez-vous pas définies dans votre travail ?

(texte ou dissertation) Il s'agit là de votre travail de fonds :

Si vous n'avez pas fait ce travail philosophique minimum qui consiste à savoir de quoi l'on parle, vous n'avez émis que des opinions - pour une dissertation - ou fait de la paraphrase - pour l'explication de texte.
Sans cette exigence minimale vous ne progresserez pas dans cette discipline qui n'est maintenant plus si nouvelle tout de même!


4/ pour la dissertation 

Pour toute réponse négative, réécrire ou compléter votre travail.

1. Y a-t-il des définitions philosophiques des notions du programme (au moins deux définitions pour chaque notion)? 
2. Sont-elles utilisées pour traiter le sujet, pour montrer pourquoi la question se pose (pour problématiser, pour reformuler l'énoncé, la question).
3. Avez-vous démontré une thèse? y a-t-il dans votre développement un raisonnement?
4. Quelle est votre thèse (réponse à la question posée)?
5. Est-elle défendue par un raisonnement dans votre développement ou seulement exposée sans justification?
6. Quelle référence philosophique ou culturelle avez-vous utilisée? Avez-vous seulement cité ou expliqué votre référence philosophique?
7. Quel problème philosophique avez-vous formulé dans votre dissertation (dans l'introduction en particulier)?




5/ pour l'explication

Pour toute réponse négative, réécrire ou compléter votre travail.

 


1. Y a-t-il des définitions philosophiques des notions du programme?
2. Est-ce que vous avez rendu compte du  texte dans son ensemble, montré son unité?
3. Y a-t-il des contresens ?
4. Avez-vous formulé correctement le thème, la thèse, le problème, la question et l'argumentation du texte (dans l'introduction).
5. Avez-vous proposé une problématique à votre explication de texte?
6. Avez-vous répondu aux trois questions : "quoi? pourquoi? comment?" à chaque moment du développement de l'explication?
7. Avez-vous critiqué le texte en fin de développement?
8. En conclusion, avez-vous montré l'enjeu du texte?
9. En conclusion, avez-vous défendu une thèse dans votre explication?





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire