mardi 17 janvier 2017

Corrigé DS1 TES2 (partiel)- Sénèque


 
Sénèque (4 v.J-C - 65 ap. JC)
La plupart des mortels, Paulinus, se plaignent de l'injuste rigueur de la nature, de ce que nous naissons pour une vie si courte, de ce que la mesure de temps qui nous est donnée fuit avec tant de vitesse, tarit de rapidité, qu'à l'exception d'un très petit nombre, la vie délaisse le reste des hommes, au moment où ils s'apprêtaient à vivre. Cette disgrâce commune, à ce qu'on pense, n'a point fait gémir la foule seulement et le vulgaire insensé : même à d'illustres personnages ce sentiment a arraché des plaintes.  De là cette exclamation du prince de la médecine : "La vie est courte, l'art est long". De là, prenant à partie la nature, Aristote lui intente un procès peu digne d'un sage : il la blâme d'avoir, dans son indulgence, accordé aux animaux cinq ou dix siècles d'existence, tandis que, pour l'homme appelé à des destinées si variées et si hautes, le terme de la vie est incomparablement plus court. Nous n'avons pas trop peu de temps, mais nous en perdons beaucoup. La vie est assez longue  ; elle suffirait, et au-delà, à l'accomplissement des plus grandes entreprises, si tous les moments en étaient bien employés. Mais quand elle s'est écoulée dans les plaisirs et dans l'indolence, sans que rien d'utile en ait marqué l'emploi, le dernier, l'inévitable moment vient enfin nous presser : et cette vie que nous n'avions pas vue marcher, nous sentons qu'elle est passée. Voilà la vérité : nous n'avons point reçu une vie courte, c'est nous qui l'avons rendue telle : nous ne sommes pas indigents, mais prodigues. D'immenses, de royales richesses, échues à un maître vicieux, sont dissipées en un instant, tandis qu'une fortune modique, confiée à un gardien économe, s'accroît par l'usage qu'il en fait : ainsi notre vie a beaucoup d'étendue pour qui sait en disposer sagement.
De la brièveté de la vie.
 
 
 
 

Introduction de l'explication :

Le thème du texte de Sénèque est le regret que les hommes ont d'avoir une vie courte. Sénèque défend la thèse selon laquelle la vie humaine n'est pas courte, mais c'est l'usage que l'on en fait qui la rend longue ou courte. Le problème philosophique est celui de la dissipation de notre existence.
Argumentation : 1/ Sénèque fait le constat de ce que l'opinion commune et celle d'hommes illustres rapportent de la brièveté de la vie.(ligne 1à 12) 2/ Sénèque défend sa thèse selon laquelle les moments de la vie ne sont pas bien employés si bien que l'on réduit la durée de notre vie, qu'on ne fait rien de grand. (ligne 12 à 17). 3/ conclusion : Sénèque rejette le fatalisme que l'on peut exprimer face à la finitude et défend un usage raisonnable de la vie.
Problématique de l'explication : Sénèque suppose que nous jouissons d'une vie paisible, or nous sommes soumis aux circonstances extérieures (politiques, historiques, hasard...). Cette conception de la vie n'est-elle pas une abstraction? Peut-on exclure a priori les circonstances extérieures de la vie, ou la nécessité de se situer politiquement dans l'existence?

Conclusion de l'explication :

Thèse de l'explication : la thèse de Sénèque exclut que nous ne soyons d'abord toujours membres d'une communauté, sociale, politique, ou autre. Elle pense l'homme comme un individu perfectible, qui doit chercher à se perfectionner.
Enjeu du texte : Le texte nous invite à réfléchir sur l'éthique et le non-fondement du regret de ne pas être mortel. Il constitue un appel à une activité utile.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire